[[ Free epub ]] RhinocérosAuthor Eugène Ionesco – Collateralloan.co

Great bon rapport qualité prix acheté pour l'étudier au collège Comme d'habitude Ionesco met à nu la pathetique lachete humaine mais ce message noir est supportable grace à son humour absurde.Ce livre est le proces de toutes les lachetes munichoisesv face aux totalitarismes fasciste et:ou communiste et plus generalement celui de la facilite avec laquelle le bon peuple se soumet à la pression de confoirmité. Satisfait, avec une histoire qui est intrigante nous avons l’envie de terminée ce livre très rapidement. Très bon livre La pièce est très dynamique toutefois le thème est très sombre En effet, l'auteur évoque derrière sa pièce une période sombre de notre Histoire. Parfait, le livre est arrivé très rapidement. J'ai acheté cet ouvrage de Ionesco pour mon fils et j'en ai profité pour le lire Même s'il s'agit d'une grande oeuvre littéraire, je n'ai pas trop aimé, je n'ai pas vraiment compris le sens de ses propos qui reste implicite. Ca alors!Un rhinoceros, en liberte dans le ville?Cependant, pouvonsnous permettre que nos chats soient ecrases sous nosyeux?A brilliant and witty comment on the rise of unthinking populism, in which the inhabitants of a small town are at first shocked by rhinoceroses charging through the square wrecking everything but then as they start to make excuses for the rhinoceroses, to think they might not be so bad, they grow a thick skin and a horn and begin to look like the thugs they're making excuses forTrump apologists beware Ma fille avait besoin de ce livre pour le bac de Français Précisément cette édition.Je ne commenterai pas le texte : il existe des centaines de commentaires disponibles sur internet et écrits pas des gens bien plus compétents que moi. Ce sont eux qui sont beaux J'ai eu tort ! Oh ! comme je voudrais être comme eux Je n'ai pas de corne, hélas ! Que c'est laid, un front plat Il m'en faudrait une ou deux, pour rehausser mes traits tombants Ça viendra peutêtre, et je n'aurai plus honte, je pourrai aller tous les retrouver Mais ça ne pousse pas ! Il regarde les paumes de ses mains Mes mains sont moites Deviendrontelles rugueuses ? Il enlève son veston, défait sa chemise, contemple sa poitrine dans la glace J'ai la peau flasque Ah, ce corps trop blanc, et poilu ! Comme je voudrais avoir une peau dure et cette magnifique couleur d'un vert sombre, une nudité décente, sans poils, comme la leur !